Tu seras suédoise, ma fille

Ahmad et Jihane, un couple de réfugiés syriens, racontent à leur dernière-née, Sally, l’histoire de leur exil en Suède. Entre les souvenirs de leur route clandestine, ceux de leur Syrie bien-aimée et une violence hors-champ omniprésente… Le passé s’invite. Alors Ahmad et Jihane confrontent leurs points-de-vue. Que garderont-ils en mémoire? Quel récit du passé feront-ils à leurs enfants? Entre non-dits et obsessions, l’identité familiale se joue dès à présent.

Balkan Transit

Un film de 58 min. écrit et réalisé par Claire Billet & Olivier Jobard.

Montage : Ronan Sinquin. Musique originale : Antoine Léonpaul et Laurent Saligault. Production : Squaw, Juliette Guigon @ Patrick Winocour. Avec le soutien de la Procirep et de l’Angoa, la participiation du CNC et de France Télévisions.

Diffusion le 3 avril 2018, 25 nuances de doc, sur France 2. Il est visible sur Youtube sous-titré en Français.

Les réalisateurs ont accompagné Ahmad, Jihane et leurs deux premiers enfants dans leur périple migratoire à travers toute l’Europe en 2015.

Claire Billet et Olivier Jobard se sont plongés avec Ahmad et Jihane dans la foule anonyme de ceux qui fuient la guerre, avec la volonté de fuir les stéréotypes et les regards condescendants. Ahmad s’est révélé non pas une victime impuissante mais le leader débrouillard de son groupe. Comme si, après n’avoir pas voulu combattre en Syrie, il avait trouvé le moyen de prouver sa valeur et de reprendre le contrôle de sa vie. Dans cette intimité migratoire, Jihane était fière. Elle cachait son inquiétude, s’effondrait épuisée après avoir joué une troublante normalité, avant de remettre sa carapace: blaguer avec son mari pour déjouer l’humiliation du quotidien.

La famille et les réalisateurs ont passé les frontières illégalement, ont payé les passeurs, puis les ont attendus pendant des jours. C’est cette temporalité folle de la migration qui est aussi mise en avant. Coincés à Belgrade dans un hôtel kitch, Ahmad a commencé à questionner la mémoire de la guerre. Il a confié ces quelques mots à Claire Billet et Olivier Jobard. Alors le film a germé :

« Je n’ai plus de souvenirs, ils ont détruit mon passé. Je ne construis pas de mémoire, car ils ont détruit mon présent et mon avenir… »

Ahmad et Jihane ont pris la route de l’exil pour offrir un avenir à leurs enfants. Alors quel récit de la mémoire de guerre vont-ils leur faire? Pendant leur installation dans la morne Suède, Ahmad et Jihane s’opposent. Que révèlent-ils que les caméras captent? Est-ce volontaire ou non? Le tournage s’étale sur 2 ans, dans les premières limbes de l’exil, quand naissent les secrets et les tabous de famille.

Presse:

Le Blog Documentaire

France TV Info

Libération

Nouvel Obs

Télérama

TSSMF Telerama

English version of the film

pw: Sally

Tu seras suédoise, ma fille

Un film de 58 minutes, de Claire Billet et Olivier Jobard.

Le montage de notre film touche à sa fin. Diffusion prévu sur France 2 début 2018, pour le nouveau rendez-vous hedbomadaire « 25 nuances de doc ».

007

Squaw production.

Mémoire d’exil

Documentaire de création de 11 min, réalisé pour le Festival MAP éd. 2017, pour conclure l’exposition photographique d’Olivier Jobard. Projection du 03.06.17 au 01.10.17 aux Olivétains – Musée Archéologique Départemental, Saint-Bertrand-de-Comminges.

Capture d’écran 2017-11-08 à 13.29.10.png

 

 

 

 

Ce film questionne le récit de la mémoire de guerre qui se construit dès les prémices de l’intégration. J’y confronte les opinions divergentes d’Ahmad et de Jihane,  un couple de trentenaires syriens exilés en Suède depuis juillet 2015. Ce travail projeté est une étape de réflexion supplémentaire vers la réalisation de « Tu sera Suédoise, ma fille », un projet de film documentaire réalisé avec Olivier Jobard.

mdp: EXIL

Au nom du père.

Le Figaro Magazine, Septembre 2016. Photographies Olivier Jobard.

Rencontre avec Ahmad Massoud, le fils de l’ancien combattant afghan Ahmad Shah Massoud tué en Septembre 2001 par des kamikazes affiliés à Al-Qaïda. Il dit n’avoir été élevé que dans un seul but: continuer le chemin politique de son père. Voyage de Londres à l’Afghanistan et documentaire en cours de réalisation…

Ahmad Massoud

massoud-fig-mag002

massoud-fig-mag004

massoud-fig-mag005

massoud-fig-mag006

Turquie, le prix des réfugiés

Un reportage de 23′ de Constance de bonnaventure et Claire Billet. Arte Reportage, Hikari 2016.

Capture d’écran 2016-05-18 à 16.13.50

Le 20 mars, la Turquie et l’Union Européenne ont signé un accord historique pour trouver une solution à la crise migratoire. il a été qualifié par les associations de « marchandage honteux ».

En échange de six milliards d’euros versés sur trois ans aux institutions humanitaires occidentales, de la reprise des négociations d’entrée dans l’Union européenne et de la facilitation des visas, Ankara a accepté de reprendre tous les migrants expulsés par la Grèce. En contrepartie, pour chaque Syrien renvoyé en Turquie, un autre devra être accueilli en Europe sous le statut de réfugié.

La Turquie, avec ses quatre-vingt millions d’habitants – population à laquelle il faut ajouter près de trois millions de réfugiés en provenance de Syrie -, est le pays qui en accueille le plus en nombre aujourd’hui. Comment les Turcs traitent-ils ces arrivants ? Est-ce que la situation a changé depuis les accords du 20 Mars? Si la politique ambiguë du président Erdogan est souvent dénoncée, la réalité de la question migratoire est bien plus complexe.

http://info.arte.tv/fr/turquie-le-prix-des-refugies